Archives pour la catégorie Divers

Pour un nouveau modèle d’entreprise

La version 2013 du « Rapport Moral sur l’Argent dans le Monde » (Association d’Economie Financière) est un ouvrage passionnant consacré notamment à l’entreprise responsable, avec une remarquable conclusion d’Olivier Favereau, intitulée « Pour un nouveau modèle d’entreprise ». Soulignant la « grande déformation » de l’entreprise intervenue depuis les années 1980, l’auteur présente les pistes de réforme envisageables pour fonder une entreprise responsable. Basées sur des relations avec les parties prenantes plus équilibrées, les recherches les plus avancées sont présentées à partir de trois modèles alternatifs au modèle financier dominant aujourd’hui.
A lire absolument !

Un grand patron

Un Grand patron vient de décider d’anticiper son départ à l’automne, une année avant la date prévue, afin de faciliter sa propre succession, et après dix années à la tête d’une entreprise aimée des Français, mais socialement sensible et confrontée à des défis économiques majeurs. Animé d’une vision forte de la stratégie à déployer et du management – sa conviction que rien ne se fait sans construire la confiance, développer la délégation et pratiquer le dialogue social – il a su mener à bien sa délicate transformation. S’il a pu rencontrer des difficultés et même, récemment, des incompréhensions, sa grande détermination s’est toujours accompagnée du respect de l’autre et d’un grand sens de l’écoute. Bravo et bon vent Monsieur Bailly !

La France dans 10 ans (ter)

Un autre penseur singulier, Bruno Latour, vient enrichir l’analyse de Marcel Gauchet sur la crise démocratique et le pessimisme ambiant. Ce qui fait obstacle à la confiance des Français, c’est, dit ce sociologue (Le Monde, 23 septembre 2013), le fonctionnement de l’Etat, « cette grande machine à distiller de la volonté générale, du bien commun ». Pour nombre de Français, explique-t-il, l’Etat est « la sphère à l’intérieur de laquelle tout doit ou peut se régler ». Soit, mais alors il faut équiper les élites politiques et administratives pour qu’elles puissent « expérimenter et produire la volonté générale », et non la présupposer. Autrement dit, explorer les différences entre intérêts particuliers et bien public. « Les instruments de l’Etat sont dérisoires par rapport à ce que les marchés permettent d’apprendre sur de simples marchandises ». Une véritable révolution culturelle, qui nécessite en particulier de mobiliser fortement les sciences sociales et de multiplier les enquêtes. Pour des délibérations productives et des décisions perçues comme légitimes par les citoyens !

La France dans dix ans (bis)

Une société française hésitante et pessimiste, rappelle le rapport évoqué. Marcel Gauchet impute largement ce pessimisme à la crise démocratique, qu’il analyse dans le numéro de septembre 2013 du magazine « Au Fait ». Selon ce philosophe politique et historien, la gouvernance actuelle de l’Etat, mélange de droit et de régulation économique, remplace l’action de gouvernants élus. De même, l’individualisme met au premier plan l’acteur individuel, avec ses droits mais aussi ses intérêts, à l’exclusion du politique en particulier, « qui n’a plus de rôle qu’au service de ces droits et intérêts individuels ». Mais nous arrivons, dit-il, à un moment de vérité. « On a emprunté pour continuer à fonctionner comme s’il ne s’était rien passé. Il va falloir désormais choisir ». En particulier, seules des décisions raisonnées et transparentes assureront la pérennité de l’Etat social, ainsi qu’une très forte cohésion collective, et « on ne réhabilitera pas l’impôt, programme excellent, sans une vraie réflexion sur la dépense publique ». Un avertissement d’actualité ! Courez acheter « Au fait », magazine d’intérêt public…

La France dans dix ans

Un document important – « Quelle France dans dix ans ? » – passé quasi inaperçu, a été publié mi-août 2013 par le Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective. La France a de nombreux atouts, souligne le rapport, mais le point de départ de cette très intéressante réflexion est le constat d’un pays qui souffre d’une vision brouillée de son avenir, sans perspective commune dans laquelle les Français se reconnaissent et puissent se projeter.
Collectifs affaiblis, comportements de chacun-pour-soi, pessimisme affiché, la société française apparaît hésitante et divisée. Elle peine à délibérer de ces choix, et à construire des compromis créatifs sur lesquels fonder une action durable qui permette de « sortir par le haut » du marasme actuel. Le rapport pointe trois choix décisifs pour y parvenir à horizon de dix ans : l’insertion dans la mondialisation, le modèle pour l’égalité et la vision du progrès.
Une lecture très salutaire !

Télécharger